Vers où vont les crypto-actifs ? Analyse des perspectives

Eric Mermod
-

Voici un article de fond visant à poser une base de réflexion concernant l’avenir des crypto-actifs. L’évolution de la situation est rapide, il s’agit donc d’avoir une vision dynamique des arguments développés ci-dessous qui peuvent devenir invalides durant les prochains mois.

Contexte général, multipolarité monétaire

L’offensive russe en Ukraine accélère la situation de manière remarquable. Nous assistons à l’utilisation d’armes financières de destruction massive envers la Russie, qui s’est vue saisir une partie des réserves de banque centrale qui étaient déposées dans des institutions occidentales. Ceci a transformé de facto l’euro et le dollar en papier toilette.

Toutes les autres banques centrales qui peuvent à un moment ou à un autre devenir des ennemis des américano-européens sont susceptibles de subir une mesure similaire, soit potentiellement l’entier du reste du monde. Il va donc s’ensuivre des décisions visant un changement des allocations financières, avec une sortie des actifs américains et européens (particulièrement les obligations d’État). Logiquement, les institutions et entreprises vont prendre des mesures semblables afin de diminuer leur risque. En effet, qui veut garder ses fonds de réserve dans des juridictions qui gèlent ceux d’une banque centrale ?

En d’autres termes, les occidentaux viennent de tuer les accords de Bretton Woods, soit la confiance accordée par la communauté internationale au dollar et à l’État américain, qui basaient la valeur du dollar dans ses réserves d’or, puis dans les transactions pétrolières (pétro-dollar) après 1971. Il s’agit d’un basculement brutal dans un nouvel ordre mondial multipolarisé, l’hégémonie américaine touchant à sa fin.

Nous avons d’ailleurs vu une première réaction en Arabie Saoudite : ce pays cherche maintenant officiellement à vendre une partie de son pétrole contre du yuan chinois. La Russie vient par ailleurs d’ordonner le paiement de ses matières premières en rouble, par conséquent les pays “non-amis” (soit principalement l’Europe de l’Ouest) ne pourront plus payer leurs achats de gaz en euro. Il faut s’attendre à d’autres manœuvres similaires de la part d’autres États, particulièrement la diminution de l’exposition des banques centrales au dollar US et à l’euro, accélérant ainsi la diminution de leur valeur relative face aux devises nouvellement émergentes.

Ce contenu est disponible pour les membres d'espaceproactif.com. Abonnez-vous afin de poursuivre la lecture de cet article.