Générer du rendement (#3) : le staking

Patrick Chalier
-

Dans les précédents articles, j’ai abordé la mécanique des prêts sur des plateformes centralisées et décentralisées afin de générer un rendement. Il existe d’autres méthodes et nous allons introduire ici le staking, qui permet, lui aussi, de générer un rendement passif.

Cet article s’adresse aux utilisateurs de niveau intermédiaire, les fondamentaux suivants devant être maitrisés :

    • Les transactions avec différents actifs depuis/vers différentes plateformes;

    • Comprendre le système de délégation.

Si l’année 2020 peut être considérée comme l’année de la finance décentralisée (DeFi), alors une mention honorable doit être faite au rôle central que le staking de crypto-monnaies a joué dans l’ascension de cette nouvelle génération de cryptoactifs.

Le secteur a connu une augmentation régulière, voire exponentielle, du nombre d’utilisateurs utilisant le staking pour générer des intérêts fixes ou des récompenses par le biais de pratiques telles que le “yield farming”. Parallèlement, le nombre de mineurs sur les blockchains utilisant le modèle de consensus “preuve de travail” (PoW) a commencé à diminuer progressivement, à l’exception bien sûr de Bitcoin, qui demeure le leader du marché.

En fait, le total des actifs stakés est passé de 23 milliards de dollars en janvier 2021 à 146 milliards aujourd’hui. Ceci traduit l’explosion de l’activité de staking.

Ce contenu est disponible pour les membres d'espaceproactif.com. Abonnez-vous afin de poursuivre la lecture de cet article.